16.178 offres de missions disponibles, 6.085 freelances inscrits

Zoom sur le métier de "Chief Freelance Officer"

Avez-vous déjà entendu parler du métier de Chief Freelance Officer? La barbe : encore un anglicisme. Ne vous inquiétez pas : on va décrypter ce nom barbare. En fait... Probablement pas. C'est normal, c'est un métier émergent. Dans cet article, nous allons justement parler de ce nouveau métier pour vous permettre de le découvrir. Qui sait peut-être qu'il vous correspond?

Dans : Actualités Publié le 17/10/2018 par superadmin

Avez-vous déjà entendu parler du métier de Chief Freelance Officer? La barbe : encore un anglicisme. Ne vous inquiétez pas : on va décrypter ce nom barbare. En fait... Probablement pas. C'est normal, c'est un métier émergent. Dans cet article, nous allons justement parler de ce nouveau métier pour vous permettre de le découvrir. Qui sait peut-être qu'il vous correspond?

 

À nouveaux besoins, nouveau métier !

 

Le Chief freelance Officer ( C.F.O) est donc un métier émergent, mais il ne faut pas le confondre avec le Chief financial Officer, dont le sigle est identique, mais qui est une sorte de Directeur Financier. Beaucoup de start-ups sont friandes de pouvoir travailler avec des freelances, ceux-ci sont des prestataires extérieurs qui ne sont pas intégrés à leurs équipes. Lorsque les entreprises travaillent avec plusieurs freelances différents sur certains projets, il faut coordonner leur travail au sein de l'Entreprise : c'est le rôle du Chief freelance Officer!

 

En 2018, le phénomène du freelancing prend de l'ampleur : ils sont désormais 2,3 millions en France. Aux USA, ils représentent 34 % de la main-d'oeuvre, et selon certaines prévisions d'instituts américains, un actif sur deux sera un indépendant dans 10 ans dans ce pays. En dix ans, ils ont crû de 45 % en Europe ! Les transformations du monde du travail sont une réalité, et l'ancien modèle, à base de CDD et de CDI classiques répond mal aux nouvelles attentes de la population.

 

Un modèle à réinventer

 

Dans cette nouvelle organisation du travail, où les freelances doivent trouver leur place, les entreprises vont devoir revoir leur mode de fonctionnement, car on ne gère pas un freelance comme un salarié ou comme un fournisseur, les entreprises ne peuvent pas avoir les mêmes exigences vis-à-vis de lui. Les entreprises doivent définir précisément les tâches à accomplir par ces nouveaux collaborateurs ainsi que les objectifs.

 

Certaines entreprises comme Uber ou Deliveroo, dont le modèle économique repose sur le recours en masse à des freelances, ont commis de nombreuses erreurs de management et les abus constatés ( rémunération, conditions de travail, etc.) ont dégradé leur image. Ce qui devrait inciter les entreprises à revoir complètement leur process de travail avec les freelances ! En effet, beaucoup de freelances sont des blogueurs, et s'ils sont mécontents de la façon dont ils ont été traités au cours d'une mission en entreprise, ils peuvent faire beaucoup de dégâts en terme de bad buzz sur internet et cela reviendra comme un boomerang sur l'entreprise qui se retrouvera à devoir gérer la crise... c'est ce qui est arrivé à Uber justement.

 

Des collaborateurs à dorloter

 

Pour en revenir au C.F.O., son rôle tient à la fois de celui du D.R.H. et de celui d'un directeur des achats. Il recrute les freelances en fonction des besoins des entreprises. Il doit connaître parfaitement le statut de ces nouveaux partenaires indépendants et apprendre à gérer ses nouveaux collaborateurs pour les fidéliser. Comment ? En répondant mieux aux attentes des freelances : par exemple, la hantise d'un consultant indépendant, c'est les délais de paiement et les clients malhonnêtes qui "oublient" de vous payer. Le CFO pourra alors proposer aux collaborateurs freelances une politique de rémunération plus attractive pas forcément plus élevée qu'un collaborateur permanent, mais avec des délais de paiement rapides et réguliers. Voir, si le besoin s'en fait sentir, la mise à disposition d'un local où installer son matériel.

 

Il y a un véritable engouement des entreprises d'une certaine taille pour le métier de Chief freelance Officer : ainsi, le groupe minier Rio Tinto a créé un poste de "Manager des talents externes" qui est son appellation "maison" pour coordonner les géologues et ingénieurs qui travaillent en indépendants. Des start-ups aussi, s'y mettent, comme Comet, dont l'activité repose sur la mise en relation entre développeurs freelances et grandes entreprises.

 

Les qualités d'un bon CFO

 

Le Chief freelance Officer doit être un bon manager : il doit savoir organiser son travail, gérer et piloter différents projets, avoir de l'autorité tout en sachant être à l'écoute pour effectuer un bon suivi de la mission en entreprise. Le Chief freelance officier peut agir en tant que consultant pour vous familiariser avec la culture de l'Entreprise et faciliter votre intégration dans les équipes de travail. Il doit savoir prendre les bonnes décisions en cas de problème. Il possède un sens de la communication développé et doit savoir s'exprimer parfaitement à l'oral comme à l'écrit. Comme sa fonction est transversale et impose de travailler avec différents interlocuteurs ( consultants, service des ressources humaines, service des achats, etc.) il doit aussi avoir une bonne capacité d'adaptation pour coordonner les besoins des uns et des autres.

 

Le portage salarial : une ressource pour les CFO et pour les consultants

Dans les R.H. aussi, certains arrivent à tirer leur épingle du jeu : c'est le cas de Muriel Ancel, directrice générale chez R.H. Solutions qui s'est lancée en portage salarial avant de devenir CFO. Il faut dire, comme nous l'avons vu que les ressources humaines sont la voie royale pour exercer ce nouveau métier de Chief Freelance Officer !

 

En effet, le mode de fonctionnement du portage salarial est bien adapté aux besoins du métier de CFO. Les sociétés de portage tel qu'ABC Portage entretiennent un carnet d'adresses fourni avec les entreprises et peuvent proposer aux consultants freelances des missions en entreprise qui sont d'ailleurs gérées par un CFO. Les CFO trouvent donc dans le réseau des sociétés de portage salarial un vivier de talents auquel ils peuvent avoir recours en cas de besoin.

 

Cerise sur le gâteau si je puis dire, la gestion administrative des consultants sera facilitée lorsque le CFO a recours à un ou plusieurs consultants en portage salarial grâce à un contrat de facturation unique pour plusieurs consultants. Une bonne raison d'exercer en portage salarial et trouver plus facilement des missions !