8.557 offres de missions disponibles, 4.514 freelances inscrits

Zoom sur le métier de graphiste

Un simple coup d’œil suffit souvent à reconnaître une marque ou une société. Derrière l’identité visuelle des marques et des produits qui nous entourent au quotidien, il y a le travail d’un graphiste. Petit tour d’horizon d’un métier à la fois artistique et technique.

Dans : Actualités Publié le 13/11/2017 par superadmin

Un simple coup d’œil suffit souvent à reconnaître une marque ou une société. Derrière l’identité visuelle des marques et des produits qui nous entourent au quotidien, il y a le travail d’un graphiste. Petit tour d’horizon d’un métier à la fois artistique et technique.

Que fait un graphiste ?

La mission d’un graphiste consiste à traduire visuellement les particularités et les messages d’un client afin de créer pour lui une identité visuelle qui lui est propre. Le graphiste part de l’analyse des besoins du client ou d’un cahier des charges détaillant les objectifs à atteindre, en matière de communication ou de marketing par exemple. Le graphiste se charge ensuite de faire plusieurs propositions au client qui en choisira une. Les activités d’un graphiste sont multiples. Il peut concevoir des logos, des chartes graphiques, des icônes, des maquettes de site internet ou de support papier. Il peut également être amené à travailler sur toutes les étapes de la mise en place d’une identité visuelle : conception, création, mise en œuvre, impression...

Une identité graphique se décline en effet sur tous les supports de communication d’une entreprise : plaquette, affiche, enseigne, packaging, site internet… Les rôles d’un graphiste sont donc variés et complexes.

Les qualités d’un graphiste

Pour être un bon graphiste, avoir la fibre artistique ne suffit pas. Son objectif doit être en effet de mettre sa créativité au service de la demande d’un client afin de créer une image susceptible de toucher le public visé. Il faut donc être à la fois créatif et parfaitement à l’aise avec les codes culturels en vigueur comme la signification des couleurs et des typographies. Le graphiste possède un solide bagage culturel. Curieux et créatif, il passe également beaucoup d’heures à humer l’air du temps pour être toujours à la pointe en terme de design. C’est aussi un métier où il faut être méticuleux et pointilleux, surtout lorsque l’on intervient dans la mise en œuvre d’une identité graphique. Le graphiste a donc souvent plusieurs cordes à son arc pour mener à bien ses missions : le sens de l’écoute du client, des notions de marketing, une bonne connaissance des processus de fabrication ou d’impression… Qu’il soit indépendant ou salarié, un graphiste doit enfin savoir travailler en équipe pour échanger facilement avec ses clients ou avec d’autres professions susceptibles d’intervenir sur son travail, comme les ergonomes, les web designer ou les spécialistes du marketing. C’est donc un métier où curiosité et sens du contact sont de mises.

Les outils du graphiste

Si beaucoup de graphistes commencent par jeter leurs idées sur le papier en faisant des croquis au crayon, l’utilisation et la maîtrise des outils informatiques est indispensable. La puissance des nombreux logiciels PAO de création graphique à sa disposition donneront des ailes à sa créativité. La maîtrise de l’anglais est également incontournable, de nombreux outils graphiques étant d’origine anglo-saxonne. Les outils techniques utilisés par les graphistes sont également en perpétuelle évolution. Il est donc important de toujours se tenir informé des dernières évolutions techniques. Il est possible de se former seul au métier de graphiste. Pour être graphiste salarié, avoir un diplôme reconnu est néanmoins indispensable. Si vous souhaitez devenir graphiste freelance, avoir une formation vous permettra d’avoir les bases qui vous permettront de progresser plus vite pour devenir autonome dans votre activité. De très nombreuses formations reconnues existent en France, comme des BTS ou des écoles d’art.

Être graphiste freelance

Avec la créativité et la curiosité qui les caractérisent, les graphistes aiment travailler en indépendant.  Ce statut leur permet en effet de pouvoir déployer la palette de leurs talents chez une multitude de clients différents. La profession de graphiste fait également partie des métiers accessibles aux freelance, même débutants. Pour se faire connaître, le graphiste présente en effet à ses clients potentiels un book mettant en valeur sa créativité et son savoir-faire. Si vous avez peu d’expérience, rien ne vous empêche d’y présenter vos travaux d’étudiants ou des travaux personnels sur des thèmes qui vous sont chers. Petit à petit, vous y ajouterez les réalisations pour le compte de vos premiers clients. Il est également courant qu’un graphiste se spécialise au fil du temps dans un domaine donné : création de logos, de charte graphique, etc... Enfin, n’oubliez pas que le graphisme n’est qu’un outil de communication parmi tant d’autres. Un graphiste freelance aura donc tout intérêt à s’intégrer à un réseau professionnel afin de collaborer avec d’autres travailleurs indépendants aux activités complémentaires comme les créateurs de site web par exemple.

Le portage salarial pour les graphistes

Être graphiste freelance, c’est faire preuve d’adaptabilité et d’un grand sens de l’organisation pour répondre aux multiples demandes de ses clients. C’est aussi un métier où pouvoir laisser libre court à son imagination et à sa créativité est primordial. Un bon graphiste n’est en effet pas un simple exécutant. Il doit au contraire être force de proposition. Avoir recours au portage salarial apporte un réel confort au graphiste freelance pour mener à bien ses missions. Le portage salarial permet tout d’abord aux graphistes de s’affranchir de toute la gestion administrative de leur activité, comme l’établissement et l’encaissement des factures, pour se consacrer à leur métier et à la prospection de nouveaux clients. Un graphiste est également amené à multiplier les intervenions ponctuelles chez plusieurs clients. Il est donc susceptible d’alterner les périodes de forte activité et les périodes de vache maigre. Avec le portage salarial, il bénéficie de l’assurance-chômage et donc d’une plus grande sécurité financière. Enfin, pour le salarié qui souhaite se mettre à son compte ou le freelance débutant, le portage salarial est simple et rapide à mettre en œuvre dès la première mission trouvée. Le portage salarial apporte donc sécurité et simplicité de gestion aux graphistes freelance tout en leur permettant de préserver la liberté d’action qui leur est si chère.